Press "Enter" to skip to content

Les Nuits de Fourvière songent au “Drive-in”.

Photo par Haidan.

“Bien sûr, on pense s’y mettre, et pas qu’un peu !” assure le responsable d’une des sociétés de conseil en marketing du grand festival lyonnais, à propos de la mode du “drive-in”, qui consiste à proposer aux spectateurs de venir assister aux spectacles depuis leur voiture afin de respecter les distances sanitaires.

“C’est simple, sympa et super à la mode, cela apprendra aux jeunes comment les anciens vivaient. On songe à proposer à la direction des Nuits de Fourvière de faire ça au parc de la tête d’or. C’est le seul lieu où on pourra caser 3000 voitures par soir. Comme de toutes façons, ils ne coupent plus l’herbe, ça permettra de pas se faire engueuler si on écrase tout ça sous les pneus des voitures. Et puis on pourrait mettre ça à la place de la plaine asiatique. Si c’est pour nous foutre des chauves-souris et des pangolins qui risquent de nous refaire chopper le Covid, autant occuper le terrain !”

À notre journaliste, qui s’inquiétait tout de même de l’intérêt écologique de ce concept, notre interviewé répondait : “Je ne vois pas ce que vous voulez dire, les Nuits, c’est 192.000 personnes en 2019. Quelques centaines de milliers de voitures qui vont traverser Lyon et faire tourner leur moteur pendant 2h pour la clim’, ça ne pollue pas plus que l’A/R d’une petite trentaine d’Airbus A380 entre Paris et Tokyo ! Arrêtez de nous faire c*** avec votre écologie ! Le monde de demain attendra demain ! Bon, moi je retourne à mon autre projet, Bolsonaro (le président du Brésil NDLR) a fait appel à notre cabinet de conseil pour organiser des drive-in géants en pleine forêt Amazonienne ! Ca va être la super fête, Viva o Brazil !” avant de s’en aller en se trémoussant sur une samba très déhanchée.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *